Première réunion scientifique du projet SICLE – ERC 670628, 23 mars 2017

 

Réunion scientifique

San Lorenzo de El Escorial

23 mars 2017

La première rencontre scientifique du projet SICLE s’est déroulée le 23 mars 2017 à San Lorenzo de El Escorial, où le groupe de recherche et les membres du comité scientifique ont été accueillis par José Luís del Valle, le directeur de la Bibliothèque royale du Monastère de San Lorenzo de El Escorial.

A cette occasion, le principal investigateur, François Déroche (CdF, PSL), a rappelé les origines et les ambitions du projet SICLE, qui se propose de reconstituer le milieu intellectuel dans lequel évoluait la vie culturelle saadienne (1554-1660) et de retrouver les traces des livres auxquelles s’intéressaient les Saadiens, en s’appuyant sur la bibliothèque de Mūlay Zaydān formant aujourd’hui le gros de la collection de l’Escorial à Madrid. La question de l’histoire intellectuelle de cette dynastie est parue particulièrement importante dans la mesure où le Maroc saadien correspond à une période d’extraordinaire ouverture, pendant laquelle le pays est en contact avec l’Empire ottoman et l’Espagne, conquête de Tombouctou, en relation avec l’Angleterre.

SICLE se concentre donc principalement sur l’étude des 1900 manuscrits de la bibliothèque sultanienne de Mūlay Zaydān, intégrée à la collection de l’Escorial par Philippe III d’Espagne, après sa capture en mer en 1612. La collection s’avère extrêmement riche puisqu’elle est constituée de livres d’origines diverses : plusieurs manuscrits ont une origine ottomane tandis qu’un ouvrage portant des peintures occidentales, a probablement été l’œuvre d’une Morisque. D’autre part, plusieurs exemplaires portent des marques de prix avec des valeurs maghrébines mais également orientales, nous renseignant ainsi sur ce qui fait le prix d’un livre à cette époque.

La coordinatrice du projet, Nuria de Castilla (EPHE, PSL) a introduit l’équipe de travail et a abordé la planification du travail et du calendrier des activités scientifiques pour les prochains mois et années.

La parole a ensuite été donnée aux collaborateurs du projet, exposant tour à tour leurs travaux respectifs menés au cours des premiers mois de SICLE, soit directement en lien avec la collection de l’Escorial, soit, sur la période saadienne d’une manière plus générale.

Doctorant à l’EPHE, Motia Zouihal a présenté ses recherches sur les colophons, les certificats d’audition et les notes personnelles trouvées dans les manuscrits saadiens conservés à l’Escorial. Hiba Abid, également doctorante à l’EPHE, a abordé le cas des manuscrits des Dalā’il al-Khayrāt, un très célèbre livre de prières sur le Prophète Muḥammad, écrit par le mystique marocain Sīdī ibn Sulaymān al-Jazūlī (m. 1465) vers le milieu du 15e siècle, ce personnage ayant joué un rôle décisif dans l’avènement des Saadiens. Professeur à l’Université d’Ibn Zuhr d’Agadir (Maroc), Lbachir Tahali a consacré sa présentation aux modes de transmission du savoir au Maghreb au 15e siècle et au cas spécifique des certificats de lecture et de transmission (ijāza) rencontrés dans quelques exemplaires manuscrits conservés à l’Escorial. Cet exposé a été suivi de celui de Nuria de Castilla (EPHE, PSL), consacré à l’étude des reliures de manuscrits maghrébins de la bibliothèque de Mūlay Zaydān, spécifiquement celles qui ont été produites au 16e siècle, dont les décors ont parfois été élaborés au moyen de fers ottomans ou de fers marocains imitant les formules ornementales orientales. Fouzia Madani, étudiante en Master 2 à l’EPHE sous la direction de Nuria de Castilla, a développé l’importance documentaire des certificats et des licences de transmission à travers l’exemple du manuscrit Ar. 1471 de l’Escorial, le Kitāb ‘Umdat al-’akāmʻan khayri l-’anām de Abd al-anī b. Abd al-Wāḥid al-Jammāʻīlī al-Maqdisī. 
Étudiant en Master 2 à l’EPHE sous la direction de Nuria de Castilla, Ahmed Hadjadj-Aoul a présenté ses recherches sur les volumes du Coran manuscrit Arabe 389, 390, 391 et 392 (copiés avant 708/1404) de la BnF et sur l’utilisation originale des encres de couleur pour la signalisation des différentes lectures coraniques.

La journée s’est achevée par l’intervention du comité scientifique formé de José Luís del Valle, Nicolas Vatin (CNRS-EPHE, PSL), Konrad Hirschler (Freie Universität, Berlin) et Tilman Seidensticker (Université d’Iéna). Un regard critique a pu être porté sur le projet en cours et des suggestions méthodologiques ou de formes ont été proposées au groupe de recherches.

Saadian Intellectual and Cultural LifE – ERC 670628