Deuxième réunion scientifique du projet SICLE – ERC 670628, 4 juin 2018


Deuxième réunion scientifique

Collège de France, 4 juin 2018

Programme

Membres de l’équipe de recherche et du comité scientifique

La deuxième réunion scientifique du projet SICLE a eu lieu le lundi 4 juin 2018 au Collège de France (Paris), dirigée par l’investigateur principal, François Déroche (CdF, PSL) et la coordinatrice du projet, Nuria de Castilla (EPHE, PSL). Elle a ainsi réuni les collaborateurs de SICLE, Inaam Benyahya (EPHE, PSL), Ahmed Hadjadj Aoul (EPHE, PSL), Lbachir Tahali (Univ. d’Ibn Zuhr, Agadir), Motia Zouihal (CdF, PSL) et Hiba Abid (CdF, PSL) ; ainsi que deux membres du comité scientifique, les professeurs Nicolas Vatin (EPHE, PSL) et Jean-Michel Mouton (EPHE, PSL).

Cette rencontre scientifique a été l’occasion pour les membres de l’équipe de recherche d’exposer l’état d’avancement de leurs travaux respectifs (consulter le programme).

En guise d’ouverture, Nuria de Castilla et François Déroche ont formulé quelques remarques introductives à propos des grandes étapes du projet SICLE, l’état d’avancement de la base de données des manuscrits et la répartition thématique des travaux assignés aux membres de l’équipe.

Mots d’introduction des professeurs Nuria de Castilla et François Déroche

Suite à cela, Hiba Abid (CdF, PSL) a abordé le cas de la copie 528 du miroir des princes intitulé Kitāb al-Sulwanāt composé par Muḥammad b. Ẓafar (m. 1159). L’exemplaire de l’Escorial, vraisemblablement produit au 16e siècle au Maroc, comporte des illustrations représentant figures humaines, architectures et paysages, rompant dès lors avec la tradition aniconique de l’Occident musulman. Il a donc été question de l’identité probablement morisque du peintre à l’origine de ces images d’inspiration chrétienne, en exposant les différentes approches d’étude de ce manuscrit. En effet, outre les examens codicologique, stylistique et iconographique, les méthodes d’analyses physico-chimiques menées par Patricia Roger-Puyo (IRAMAT/CNRS) seront également convoquées afin de déterminer les origines des matériaux de la couleur utilisés dans les peintures.

Kitāb al-Sulwānāt
Le manuscrit 528 de San Lorenzo de El Escorial

Inaam Benyahya (EPHE, PSL) s’est penchée, dans sa présentation, sur les ouvrages de grammaire mis en waqf à disposition des étudiants dans le Maroc du 16e siècle. Elle a ainsi montré l’importance que constitue le waqf pour nous renseigner sur la richesse culturelle et la circulation des connaissances d’une manière générale, et en particulier, le rôle clé de la bibliothèque de waqf d’Aḥmad al-Manṣūr dans la transmission du savoir à l’époque saadienne dans la formation des étudiants, ici dans le domaine de la grammaire.

Les professeurs Nuria de Castilla (EPHE, PSL) et François Déroche (CdF, PSL) ont exposé les résultats de leurs recherches à propos d’un groupe de reliures médiévales tardives produites à l’époque saadienne. Ils ont ainsi mis en évidence la survivance de décors maghrébins du 12e siècle exécutés avec des petits fers et l’emploi de plaques d’imitation orientale, révélant l’évolution des techniques et surtout des goûts, notamment sous l’effet de l’influence ottomane au 16e siècle.

Communication des professeurs Nuria de Castilla et François Déroche

Ahmad Hadjadj-Aoul (EPHE, PSL) s’est penché sur l’œuvre  intitulée Al-‘As’ilah fī al-qirā’āt (« Les réponses à propos des lectures ») et sur la réponse faite par Ahmad al-Manjūr (995/1587), doyen des savants de Fès à l’époque saadienne, à un savant égyptien spécialiste en lectures coraniques résident à Constantinople. Ce dernier demandait, dans une correspondance, des éclaircissements à propos de certains passages du poème sur les sept lectures, connu sous le nom de “al-Shāṭibiyyah” en référence à son auteur al-Shāṭibī. Le contexte de cette correspondance ainsi que son contenu donnent un éclairage sur les pratiques des milieux savants à l’époque saadienne.

Communication d’Ahmad Hadjadj-Aoul

La journée scientifique s’est poursuivie dans l’après-midi avec la communication de Lbachir Tahali (Université d’Ibn Zuhr, Agadir) portant sur les formes de réception accordées par les princes saadiens au poète abbaside amplement connu, al-Mutanabbī. Lbachir Tahali a ainsi mis en lumière la contribution de sa poésie dans la fondation de l’identité littéraire de la dynastie saadienne, notamment pendant le règne d’Aḥmad al-Manṣūr. Ce dernier s’était en effet efforcé, avec l’aide de son célèbre secrétaire ʿAbd al-ʿAzīz al-Fishtālī, de constituer une copie rapportée et certifiée du recueil de poésie d’al-Mutanabbī, avec une nouvelle disposition conforme à l’ordre alphabétique privilégié par la tradition marocaine.

Intervention de Lbachir Tahali

Enfin, Motia Zouihal (CdF, PSL) a mis en évidence la présence de savants andalous à travers l’exploitation de certificats d’auditions et de lectures présents dans quelques manuscrits damascènes conservés dans la collection saadienne de l’Escorial.

Intervention de Motia Zouihal

Les membres du comité scientifique ont salué l’avancement satisfaisant des travaux dans la suite de la réunion de l’année précédente, du 23 mars 2017. Ils ont également relevé l’ampleur des échanges entre le Maroc et le Mashriq dans la plupart des matériaux présentés par les membres de l’équipe (reliures, circulation des textes, circulation des savants, etc.). La journée s’est conclue par une discussion avec le comité scientifique sur la poursuite des recherches et les formes que pourraient prendre les résultats des travaux de l’équipe (publications, colloques, exposition).

Discussion avec les professeurs Jean-Michel Mouton et Nicolas Vatin, membres du comité scientifique

 

Discussion finale

Saadian Intellectual and Cultural LifE – ERC 670628